Hypnose et méditation

Hypnose et méditation : comment faire la différence ?

Ces dernières années, on entend fréquemment parler d’hypnose et de méditation, ainsi que de leurs bienfaits thérapeutiques. Ces pratiques séduisent particulièrement ceux qui recherchent l’équilibre et l’apaisement.

En 2018, environ 5% de la population française affirmait déjà pratiquer quotidiennement des techniques telles que la relaxation, la sophrologie ou encore la méditation.

Dans certains contextes, l’hypnose et la méditation peuvent être utilisées de manière complémentaire dans la guérison mentale et physique d’un individu.

Malgré des similitudes apparentes, elles se distinguent par leurs effets, leur mise en œuvre, et leurs objectifs spécifiques. Souvent confondues, il importe de clarifier la différence entre l’hypnose et la méditation. Cet article fait le point sur le sujet.Haut du formulaire

Quelles différences entre hypnose et méditation ?

Les différences entre l’hypnose et la méditation remontent à leurs origines respectives. La méditation trouve son fondement dans diverses pratiques religieuses telles que le bouddhisme, l’hindouisme ou encore le taoïsme. L’hypnose a, quant à elle émergé en France au XVIIIème siècle.

Malgré les siècles qui les séparent, les deux pratiques gagnent progressivement en légitimité dans le domaine de la santé. Il est tout fois essentiel de souligner qu’elles présentent des différences notables.

Des objectifs différents

L’hypnose, souvent utilisée à des fins thérapeutiques, se concentre sur des problèmes spécifiques au cours d’une séance avec un professionnel. Concrètement, elle vise à :

  • Se libérer d’une addiction ;
  • Traiter un état d’anxiété ;
  • Faciliter la tolérance d’un examen médical ;
  • Gérer des phobies ;
  • Récupérer après un burn-out.

La méditation, quant à elle, est une discipline dédiée à l’auto-soin et à la préservation de l’esprit. En général, son objectif réside dans l’acte méditatif lui-même. Elle permet de :

  • Accroître la conscience de soi ;
  • Développer une meilleure compréhension des pensées, émotions et sensations ;
  • Faire face aux problèmes tout en gardant la tête froide ;

En gardant le contrôle sur ses émotions, une personne peut renforcer sa paix intérieure et maintenir une bonne qualité de vie.

Le rituel : comment ça se passe dans la pratique ?

L’hypnose, à l’exception de l’auto hypnose, nécessite l’assistance d’un thérapeute. Généralement, le patient est installé confortablement, assis ou allongé, les yeux fermés ou focalisés sur un point précis de la pièce.

Au cours de la séance, le thérapeute pose une série questions pour s’adapter à l’univers mental du patient et pour identifier ses besoins. Une fois en état de transe hypnotique, le patient peut explorer son subconscient pour débloquer les mécanismes qui entravent sa vie.

À l’inverse, la méditation ne requiert pas d’assistance extérieure. Il suffit de suivre quelques étapes simples :

  • Trouver un endroit calme ;
  • Adopter une position confortable tout en maintenant le dos bien droit ;
  • Fermer les yeux et se concentrer sur sa respiration ;
  • Sentir ce qui se passe dans son corps ;
  • Être attentif aux sensations, même celles qui sont désagréables ;
  • Libérer son esprit.

Comme la méditation demande de la pratique et de la patience, il est important de se fixer des objectifs raisonnables lorsque l’on débute. La durée de la séance sera comprise entre trois et cinq minutes au début. Chacun pourra alors augmenter progressivement cette durée au fur et à mesure de la pratique.

Quels sont les points communs entre méditation et hypnose ?

L’hypnose et la méditation partagent plusieurs similitudes, principalement axées sur l’amélioration du bien-être mental d’une personne. La synergie entre ces deux pratiques génère des avantages mutuels qui exercent des impacts positifs sur le bien-être individuel.

Les deux techniques visent toutes à instaurer un état de calme et de détente, bien que leur mise en œuvre diffère. Dans la pratique, on remarque qu’elles induisent un état modifié de conscience (EMC).

Cet état permet à une personne de bénéficier d’effets thérapeutiques essentiels afin de :

  • Percevoir l’environnement qui l’entoure de manière différente ;
  • Découvrir son moi intérieur ;
  • Soulager des symptômes ou des maladies ;
  • Gérer la douleur…

Dans un second temps, ces pratiques favorisent le lâcher-prise. Une étape essentielle pour ceux qui souhaitent se libérer des chaînes qui font obstacle à leur épanouissement personnel.

Enfin, que ce soit à travers la méditation ou les séances d’hypnose, le patient devient plus autonome. Libéré des obstacles pesant sur son subconscient, il reprend le contrôle de ses émotions, renforçant ainsi sa responsabilité personnelle.

Qu’est-ce qu’un état modifié de conscience ?

Un état modifié de conscience (EMC) est une modification de l’état de conscience ordinaire. Il s’agit d’une expérience familière pour la plupart des individus, pouvant se manifester par de brèves absences, des moments de rêverie ou même des hallucinations.

Ce phénomène peut survenir spontanément ou être délibérément provoqué grâce à diverses techniques telles que :

  • L’hypnose ;
  • La méditation ;
  • La transe chamanique ;
  • Les substances psychédéliques.

Souvent, l’altération de la conscience est associée à différentes pathologies comme la schizophrénie. Cependant, l’EMC peut être utilisé à des fins thérapeutiques.

L’EMC induite pendant l’hypnose est utilisé en hypnosédation en vue d’améliorer le confort des patients lors d’interventions chirurgicales ou endoscopiques.

Cet état permettra alors de réduire l’activité des régions cérébrales responsables de la perception subjective de la douleur. De même, la méditation va permettre de moduler l’activité cérébrale, rendant la douleur moins perturbante.

Qu’est-ce que la focalisation sur un stimulus ?

La focalisation sur un stimulus, ou attention focalisée, est la capacité du cerveau à se concentrer de manière prolongée sur un élément spécifique. Cette habileté cognitive permet à une personne d’accroître son efficacité dans l’exécution des tâches quotidiennes.

Le manque de concentration peut affecter des individus de tout âge. Bien que souvent associé au vieillissement, il peut aussi s’aggraver et impacter la santé mentale.

Les professionnels ont souvent recours à l’hypnose et recommandent la pratique de la méditation pour remédier à ces problèmes.

Divers éléments peuvent influencer la capacité d’un individu à maintenir sa concentration :

  • Des facteurs personnels tels que l’enthousiasme, l’émotion, la difficulté d’une activité ou la modalité sensorielle ;
  • Toutes formes de distractions ;
  • Des facteurs liés au stimulus, comme la complexité, la nouveauté, la durée ou l’exigence de l’interaction ;

Un déficit au niveau de l’attention focalisée peut conduire à la fatigue, et dans certains cas, engendrer :

  • Un trouble de déficit de l’attention avec ou sans hyperactivité (TDAH et TDA) ;
  • La dyslexie ;
  • La schizophrénie ;
  • La maladie d’Alzheimer.

Certes, l’hypnose et la méditation se distinguent nettement, que ce soit dans leur application ou dans leurs buts finaux. Néanmoins, ces deux pratiques ont un point commun : elles présentent des bienfaits thérapeutiques significatifs sur la santé physique et mentale.